SMLS.fr » Nos Actions » Agriculture

Agriculture

picto agricultureDepuis 1996, le Syndicat Mixte du Loch et du Sal est un acteur incontournable dans l’accompagnement des agriculteurs  et la promotion des pratiques agronomiques respectueuses de l’environnement et le la qualité de l’eau.

Pour répondre aux objectifs fixés en concertation avec les acteurs du monde agricole sur le territoire, les axes du  contrat 2008-2012 ont porté essentiellement sur :

[rev_slider volet-agricole]

L’accompagnement individualisé pour une meilleure valorisation de l’herbe

Sur le bassin versant du Loc’h et du Sal, les prairies représentent 35 % de la surface agricole utile. Elles peuvent donc impacter de façon importante sur la qualité des eaux. En effet, il est souvent constaté, au moment de la réalisation du plan de fumure la difficulté d’estimer les rendements en herbe ; Le calcul du besoin des prairies est également difficile à connaître : Les analyses d’herbe permettent de s’affranchir de l’évaluation du rendement prévisionnel pour connaître l’état de nutrition de la plante et ajuster plus finement le niveau de fertilisation des prairies. C’est aussi un bon outil de sensibilisation des éleveurs  pour connaître la valeur alimentaire des fourrages et équilibrer l’alimentation des bovins  en diminuant en général les entrées d’azote sur l’exploitation.

La mise en place sur le territoire d’un Référentiel Agronomique Local

Ce réseau tient compte des différents contextes pédoclimatiques et des différents systèmes de productions. Un réseau de 12 parcelles sur lesquelles des analyses de terre et des reliquats sortie hiver réalisés en février de chaque année permettent d’adapter au plus précis la fertilisation des céréales en sortie d’hiver. Ces résultats sortie hiver sont communiqués aux prescripteurs et à l’ensemble des agriculteurs du bassin versant du Loc’h, du Sal et de la Rivière d’Auray sous forme de fiches techniques. Dans cette même optique, le SMLS participe au RAR (Référentiel Agronomique Régional) en contribuant au suivi de 3 des 137 parcelles régionales qui font partie d’une expérimentation dirigée par la Chambre Régionale d’Agriculture et l’INRA : ce réseau a pour objectif d’estimer plus finement les quantités d’azote fournies par le sol en fonction des pratiques agronomiques et d’autres facteurs influençant la vitesse potentielle de minéralisation de l’azote. en savoir plus…

La réduction des risques liés à l’usage des produits phytosanitaires,

En agissant d’une part sur les sièges d’exploitation (par le biais de diagnostics Aquasite©) et d’autre part sur les stratégies de désherbage en intégrant les techniques alternatives de type désherbage mécanique sur les cultures de maîs.

La promotion de mesures agro-environnementales,

Comme levier d’actions permettant de répondre aux enjeux de la DCE et à la restauration des zones humides pour contribuer à l’atteinte du bon état des masses d’eau en 2015 : les propositions se sont orientées vers des mesures d’implantation de bandes enherbées de largeur supérieure à celle imposée réglementairement  en protection des cours d’eau et vers des mesures de gestion extensive des prairies en zone humide ou fond de vallée.

Un accompagnement des exploitations  pour la gestion du phosphore

A partir de 2011-2012, en réponse à l’arrivée d’une nouvelle réglementation concernant les ICPE (Installations classées au titre de la Protection de l’Environnement).

La réalisation de portes ouvertes dans des exploitations bio

Afin de développer les conversions et les installations en bio et de participer au transfert de techniques du bio vers « le conventionnel » dans une optique de préservation de la qualité de l’eau (promotion des systèmes herbagers).

Le volet agricole porté par le SMLS a jusqu’à présent fait l’objet de prestations de la Chambre d’Agriculture du Morbihan et du GAB 56  (Groupement d’Agriculteurs Biologiques);
L’année 2014 est une année de transition et de réflexion sur les futures orientations du programme d’actions 2015-2019 ; Si les problématiques liées à la gestion de l’azote et des phytosanitaires sont moins marquées que par le passé sur le Loc’h et le Sal, les soucis d’érosion et de transfert de nutriments vers les cours d’eau sont bien présents et contribuent à l’eutrophisation des retenues et étangs situés sur le territoire.

Les leviers d’actions doivent être partagés pour aller vers des solutions à la fois efficaces pour l’environnement et acceptables (techniquement et économiquement) pour les acteurs du monde agricole ; c’est dans cette logique qu’œuvre le SMLS.